Mais, oui.... alors me dit on... mais que s'est il donc vraiment passé le 1er février ? Eh bien, l'opération s'est traduite par une chute de la consommation d'électricité de plus de 1% de la consommation totale en France, soit la consommation d'une ville comme Marseille.
Bien entendu, le but de cette action n'était pas de faire économiser de l'énergie, pour ça, les actions doivent être durables, QUOTIDIENNES, et concerner tous les postes de consommation d'énergie (voiture, chauffage...)
Mais, cette action qui n'a pas pris longtemps et n'a rien coutée, a permis de montrer que les citoyens français se sentent concernés par cette question.

Dans ma cour intérieur... ceux qui était là, ont arrêté l'électricité. On a ouvert les fenêtres et on s'est mis à parler... c'était calme. Mes voisines d'en face ont mis des bougies aux fenêtres et on les a copié pour leur rendre une sorte de clin d'oeil complice.
Elles m'ont parlé du temps où tout l'immeuble se retrouvait dans la cour pour faire de grosses fêtes à thème où chacun invitait ses amis.
Il y a eu des fêtes blanches et des fêtes marocaines sous des tentes berbères avec des masseuses, des musiciens et des danseurs... et tout le monde s'habillait en conséquence.
Avant de descendre, les habitants de l'immeuble mettaient des petites bougies aux fenêtres... Et la fête durait jusqu'au petit matin...
C'était il y a 20 ans... Depuis les fêtards sont partis vivre ailleurs où sont partis tout court. aujourd'hui, les gens ne se parlent plus tellement dans cet immeuble...
"ok, vous m'avez bien fais rêver ! Mais on va quand même pas se dire que c'était mieux avant...! Regardez, ce soir... on était là..." c'était joli ce moment..."
"c'est vrai !... " m'a répondu ma voisine d'en face avec sa voix rocaileuse... Puis, elle a dit "je vous prends au mot, j'organise un gouter un dimanche avec les enfants de l'immeuble..."
"ok ! banco !"
C'est comme ça qu'hier, en face de chez nous, le petit loulou s'est empiffré de chouquettes et de brioches de chez Storher. C'est comme ça qu'il a couru partout, qu'il s'est entendu dire qu'il était trop mignon...
Et c'est comme ça que notre chez nous s'est agrandi, que notre horizon s'est élargi...
C'est comme ça que notre statut d'habitant de l'immeuble, du quartier, de la terre s'est confirmé, s'est consolidé.